Vous êtes ici : Accueil > Espace CAP > Lettres > Cap sur le C.C.F. en C.A.P.
Publié : 5 février 2010

Cap sur le C.C.F. en C.A.P.

Un exemple de séquence complète CCF type 1 compris...

Les sessions de formation consacrées à l’accompagnement du nouveau programme de français en CAP et aux modalités de l’épreuve du CCF ont réuni les professeurs des classes de CAP des LP publics et privés, des CFA et des GRETA de l’académie de Besançon. Riches en échanges, elles ont suscité la réflexion didactique et ont permis à chacun de conforter, d’adapter ou de renouveler ses pratiques pédagogiques dans le respect des textes officiels et à la faveur des préconisations institutionnelles.

Ces journées de formation ont donné lieu à la production  :

de séquences répondant aux finalités du programme et intégrant l’activité d’écriture longue, d’outils pour l’évaluation critériée de l’écriture et de l’expression orale (en relation avec les situations d’évaluation en Histoire-Géographie), de quelques sujets conformes à la nouvelle épreuve du CAP.

Chacun a pu présenter le bilan de ses expérimentations dans les classes et bénéficier de travaux en partie formalisés par des collègues. Aussi, vous découvrirez dans ces pages  :

Une séquence qui allie projet de lecture et projet d’écriture longue,

Un exemple d’expérimentation de l’écriture longue dans le cadre d’une séquence d’apprentissage qui favorise l’activité d’écriture partagée,

Un exemple d’expérimentation de la première situation d’évaluation dans le temps plus limité du CCF.

D’autres travaux devraient paraître sur le site académique au cours de l’année scolaire, après la prochaine passation de la première situation d’évaluation.

Bon courage à tous ceux qui inaugurent le CCF.

Daniel CHAPELAN
Formateur Lettres

Situation de la séquence : retour de PFE.
Finalités : s’insérer dans l’univers professionnel / s’insérer dans le groupe.
Problématiques : Représentations, valorisation et dévalorisation du monde du travail / mise en scène et résolution du conflit / se dire et dire le monde de l’entreprise avec humour.

SEANCES OBJECTIFS SUPPORTS ACTIVITES EVALUATION REMEDIATION
Séance 1 : oral - 2h

Rendre compte au groupe.
Confronter les expériences professionnelles.
Préparer sa prestation orale (collectivement ou à l’aide d’une fiche questionnée)
Présenter oralement son lieu et son bilan de formation. Apprécier la nature de ses relations avec le maître de stage, le personnel … .

Lister les éventuels motifs de conflits au sein de l’entreprise.
Evaluation critériée de la prestation individuelle par le groupe.
Séance 2 : écriture et jeu - 2h

Présenter une situation de conflit dans l’entreprise et sa résolution.
Aborder le genre théâtral.
Rédiger à deux une saynète : un stagiaire justifie son absence face à un maître de stage qui le lui reproche.
Au choix :
- laisser libre cours à la spontanéité des élèves,
- définir préalablement avec eux la notion d’absentéisme, rechercher les causes, les conséquences, lister des arguments … .
Jouer la scène.
Au choix :
- discussion /évaluation du jeu
- synthèse : causes, conséquences de l’absentéisme, argumentation des acteurs.
- remédiation / jeu.
Séance 3 : lecture - 2h

Comprendre le sens global d’un texte littéraire.
Caractériser le texte théâtral.
Supports :
Monsieur Badin de Georges Courteline - Flammarion : courte pièce de 5 pages.

Productions écrites des élèves.

Comparer, confronter les textes afin de caractériser l’écriture théâtrale.
Repérer et définir la double énonciation.

Lire la pièce jusqu’à la ligne 57 :
- identifier le lieu, les personnages
- résumer la situation (1)
- souligner les didascalies : quelles informations supplémentaires donnent-elles sur les personnages ?
- repérer les types de phrases (ponctuation). Lesquels permettent de souligner, de définir les relations entre les personnages ?
Résumer à l’écrit la situation (2)

Relire à haute voix le début de la pièce (distribution des rôles) pour vérifier la compréhension.

ou

Jouer des extraits.
Séance 4 : réécriture - 1h

Réinvestir les notions, exploiter la double énonciation.
Réécrire la scène en y ajoutant des didascalies, des phrases exclamatives, interrogatives.
Séance 5 : lecture - 1h

Comprendre le sens global de la pièce.
Lire intégralement la pièce.
Repérer et reformuler les arguments de chaque personnage.
Analyser les rapports de force :
- examiner la longueur des répliques
- qui domine au début ? à la fin ?
Identifier les types de comique.
Préciser la visée du texte.
Séance 6 : réécriture et jeu - 2h

Valoriser les productions écrites.
Finaliser les productions écrites.
Ajouter une chute comique … .

Jouer les scènes.
Evaluation critériée du jeu par la classe.

Les collègues des CFA et des GRETA peuvent proposer une séquence plus courte ( 4 à 6 heures ) qui intègre l’écriture longue :

Séance 1 : lecture /analyse du début de la pièce de Courteline (voir séance 3 séquence précédente).
rédaction de la suite immédiate et de la fin de la pièce.

Séance 2 : lecture /analyse de la fin de la pièce (voir séance 5)
confrontation avec les productions des élèves.
consignes de réécriture.

Séance 3 : finalisation des productions et jeu.

Un exemple d’expérimentation de l’écriture longue dans le cadre d’une séquence en classe de 2 CAP AEM / ECM.

Les élèves ont lu la pièce de Georges Courteline, Monsieur Badin, en séance 1, mis en scène et joué quelques répliques, caractérisé le texte théâtral (autre variante). Ce sont des élèves volontaires et certains pratiquent une activité théâtrale le mercredi après-midi dans le cadre de la Maison du Lycéen.
En séance 2, ils doivent rédiger une scène de conflit et sa résolution dans l’entreprise.
Ils ont d’abord listé les causes éventuelles des conflits dans l’entreprise  :

L’absentéisme
Les retards
Le manque d’efficacité
Le non respect des consignes de travail
Le non respect des consignes de sécurité
La mauvaise qualité du travail
Les pauses prolongées dans les toilettes
L’impolitesse à l’égard du personnel, des clients
La tenue vestimentaire négligée, incorrecte
La consommation d’alcool ou de tabac
Le vol
La relation amoureuse sur le lieu de travail
Le harcèlement moral ou sexuel

Il suffisait de les leur demander … !

Etape 1 :
Par groupes de deux ou trois, ils choisissent une situation de conflit et rédigent une scène en tenant compte des consignes suivantes , négociées avec la classe :

La scène comporte  :
Un titre
Des didascalies externes et internes
Des répliques.

Les répliques  :
Révèlent une situation de conflit
Apportent une résolution
Adoptent un registre comique.

Les personnages  :
Sont clairement identifiés
Justifient, argumentent
Ont un registre de langue adapté.

L’activité d’écriture partagée a motivé les élèves qui se sont d’emblée répartis les rôles en s’identifiant aux personnages (certains ont même conservé leur prénom !). Les textes sont cohérents et respectent globalement les consignes initiales. La production qui suit est la plus moyenne.

Première production écrite de Mokhtar, Manu et Morad :

L’employé alcoolique

La porte du bureau du directeur s’ouvre, le chef d’équipe apparaît.

Le chef d’équipe. - Bonjour monsieur le directeur.
Le directeur. - Bonjour, veillez vous assoir, j’ai une chose à vous demandé.
Le chef d’équipe. - Je vous écout monsieur le directeur. Que se passe-t-il ?
Le directeur. - Avez-vous une explication sur le comportement bizzare de Morad ?
Le chef d’équipe. - J’ai aussi remarqué un comportement bizzare ces dernières semaines qui est surement du à la consommation d’alcool.
Le directeur, surpris. - Quoi une consommation d’alcool, cela constitue un t elle risque dans mon entreprise. Allez vite me le chercher ?
Le chef d’équipe. - Oui, tous de suite monsieur le directeur.

Le chef d’équipe court pour appeler Morad à l’atelier. Après quelques instants, il apparaît suivi de Morad.

Le chef d’équipe, essouflé. - Le voilà monsieur le directeur.
L’employé. - Bonjour monsieur le directeur, vous m’avez demandé de venir vous voir.
Le directeur. - J’espère que je vous ai pas déranger.
L’employé. - Non, pas du tous.
Le directeur, furieux. - Expliquer moi votre comportement bizzare dans l’entreprise.
L’employé. - J’ai des sérieux problèmes de famille. Alors je bois pour noyer mes soucis.
Le directeur. - Je vous comprend mais cela constitue un tel risque au sein de l’entreprise.
L’employé, triste. - Excusez-moi, je vous promet de plus boire sur le lieu de travaille.

Etape 2 :

En séance 3, les groupes évaluent leur production à l’aide d’une fiche critériée (élucidée avec la classe et dans les groupes) qui les invite à une relecture critique et plus fine de leur texte, et conjointement à une relecture de la pièce de Courteline. Ils repèrent alors les procédés littéraires d’écriture théâtrale, justifient leur utilisation, en mesurent les effets, et les réinvestissent dans leur texte. Ainsi, ils optimisent leur production écrite et leur lecture de la pièce qui n’est pas un simple prétexte à l’écriture mais à laquelle ils donnent également du sens.

Ecriture théâtrale


Critères d’évaluation et de réalisation

Etape 1
+/-

Etape 2
+/-

Barème


Note
/20

La scène comporte :
Un titre adapté ………………………………………........
Des didascalies ……………………………………….......
Des répliques ………………………………………..........

Les répliques :
Révèlent une situation de conflit………………………….
Donnent la raison du conflit………………………………
Mettent en évidence les arguments des personnages……..
Adoptent un registre comique ……………………………
Apportent une résolution …………………………………
Se terminent par une chute (un rebondissement ) ……….

Les didascalies externes donnent :
La liste des personnages (didascalie initiale) …………….
- identité ………………………………………................
- statut ………………………………………...................
- nom du comédien ………………………………………
En début de scène, des précisions sur :
- le lieu ………………………………………..................
- l’heure ……………………………………….................
- les personnages présents ……………………………….
- leurs gestes, leurs activités ……………………………..
- leurs déplacements (entrée/sortie …) ………………….
Le nom des personnages devant chaque réplique ………..
Les didascalies internes précisent :
L’entrée/la sortie des personnages ……………………….
Les gestes/actions des personnages ………………………
Le ton, le débit, une pause/un silence ……………………

Les didascalies internes :
Révèlent les sentiments, les caractères …………………..
Montrent une évolution dans les sentiments, les attitudes ……..

Le registre de langue est adapté ……………………………

Les phrases sont :
Déclaratives (.) ………………………………………......
Interrogatives (?) ………………………………………...
Exclamatives (!) ………………………………………....

L’emploi des temps  : présent de l’indicatif dominant………..

L’orthographe est conforme aux fiches d’auto-évaluation/correction……………………………………….....

- 
+
+

+
+
+ -
- 
+
- 

-
- 
- 

+
- 
+
- 
+
+

+
- 
- 

+ -
- 

+

+
+
- 

+

-

+
+
+

+
+
+
+
+
+

+
+
+

+
+
+
+
+
+

+
+
+

+
+

+

+
+
+

+

+ -
/1

/1
/1
/2
/2
/2

/1

/2

/1,5

/1
/1

/1

/1,5

/2

/2

Réécriture  :

Dernière production écrite de Mokhtar, Manu et Morad (après correction de l’orthographe, de la ponctuation et du vocabulaire lors de la finalisation sur traitement de texte)  :

L’EMBROUILLE

Janvier 2004


PERSONNAGES

Le directeur ………………………................................................................................................ Mokhtar

Le chef d’équipe………………………..................................................................................................Manu
L’agent de fabrication..…………………………..................................................................................Morad

Le bureau du directeur. Il est 8 heures, le directeur remplit et signe des documents de travail. La porte s’ouvre, le chef d’équipe apparaît.

Le chef d’équipe. - Bonjour monsieur le directeur.
Le directeur, brusquement. - Bonjour ! Veuillez vous asseoir, j’ai une chose à vous demander !
Le chef d’équipe, intimidé. - Je vous écoute monsieur le directeur. Que se passe-t-il ?
Le directeur. - Avez-vous une explication sur le comportement bizarre de Morad, ces dernières semaines ?
Le chef d’équipe, rassuré. - Non, pas vraiment. Mais il arrive en retard le matin, la mine fatiguée et pendant la journée il est peu efficace. Hier, il sentait l’alcool …
Le directeur, surpris. - Quoi ? Il boit ? Cela constitue un tel risque dans mon entreprise. Allez vite me le chercher !
Le chef d’équipe. Oui, tout de suite monsieur le directeur.

Il sort. Après quelques instants, le chef d’équipe réapparaît suivi de Morad.

Le chef d’équipe, essoufflé. - Le voilà monsieur le directeur.
L’agent de fabrication. - Bonjour monsieur le directeur, vous m’avez demandé de venir vous voir ?
Le directeur, ironique. - J’espère que je ne vous ai pas dérangé.
L’agent de fabrication, souriant. - Non, pas du tout, je sortais des toilettes.
Le directeur, furieux. - Expliquez-moi votre comportement bizarre depuis quelque temps !
L’agent de fabrication, franchement. - J’ai de sérieux problèmes de famille. Ma femme me trompe, je ne le supporte plus et je bois pour noyer mon chagrin.
Le directeur, plus calme. - Je vous comprends mais cela constitue un tel risque au sein de mon entreprise.
L’agent de fabrication, accablé. - J’ai aussi découvert que mon fils se drogue et ma fille … se prostitue ! Je bois pour noyer mes soucis.
Le directeur, ému. - Je partage votre peine mais cela constitue un tel risque …
L’agent de fabrication, il le coupe. - … au sein de notre entreprise, qu’une semaine de congés me serait fort utile pour régler mes problèmes. Il serre la main du directeur. Merci infiniment monsieur le directeur. Il sort du bureau, sous les yeux médusés du directeur et du chef d’équipe.

La plus-value est évidente. En séance 4, les élèves ont mis en scène et joué leur texte ce qui leur a permis de modifier, d’optimiser encore leur production, finalisée sur traitement de texte en séance 5. L’activité de réécriture ne les a pas lassés, aidés par la fiche de réalisation et motivés par le projet de jouer les scènes mais aussi d’obtenir de bonnes notes ( deuxième production et jeu). Avec une classe moins performante et des groupes hétérogènes, il faudrait bien évidemment individualiser les consignes de réécriture et évaluer les progrès réalisés par chacun des groupes.

Un exemple d’expérimentation de l’épreuve du CCF - Situation 1 - Première partie

Au début d’une séquence dont les finalités sont : se construire / s’insérer dans la cité.

Suite de texte.

Texte support : Chasseurs de vieux in le K de Dino Buzzati, collection « Le Livre de poche ».
Les élèves disposent du début du texte, jusqu’à la ligne 32 : « Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient ». Le titre a été effacé. Le texte a été lu et élucidé au préalable, ainsi que les consignes d’écriture.

Sujet d’écriture : « Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient »

Imaginez la suite immédiate et la fin de ce récit
Votre texte de 15 lignes, écrit à la 3ème personne, sera à la fois narratif et descriptif.
Il se terminera par une chute.
Vous lui donnerez un titre.

Temps d’écriture : 40/45 mn x 3.

Elève 1

Première étape : 1/5

Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient. Tout un coût un gars sauta sur lui et le poignarde, il tomba sur le trotoir les délincants se dirigent vers la voiture pamela se metta a la plasse du conducteur démare et fonca sur le groupe, elle séloigne a tout allure la bande retournent vers roberto et découvra qu’il a disparu roberto rempe vers le bar , les délincant entre dans le bar et braquairent leur arme il prirent roberto en otage et demande une ranson de 50000 euro, pamela arriva avec la police et tire sur les délincants roberto pare en embulance, queque mois plus tar roberto et pamela se marie et urent baucoup d’enfant.

Deuxième étape : 9/10

Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient. Tout a coût un gars saute sur lui et le poignarde, il tombe sur le trotoir, le dos ensenglanté. Les délincants se dirigent vers la voiture dans la rue sombre et déserte. Pamela en pleurs se mit à la place du conducteur démare et fonce sur le groupe qui s’écarte, elle séloigne a tout allure. La bande retournent vers roberto et découvrent qu’il a disparu. Roberto a bout de force rempe vers le bar. Les délincants entre dans le bar et braquent leur arme sur le patron et un client qui lève les mains. Ils prirent roberto en otage et demande une ranson de 50000 euro. Pamela arrive avec la police et tire sur les délincants qui essait de fuir . Roberto pare en embulance. Quelque mois plus tar roberto et pamela se mariairent et urent beaucoup d’enfant.

Troisième étape : 4/5

Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient. Tout a coup un gars saute sur lui et le poignarde, il tombe sur le trottoir, le dos ensanglanté. Les délinquants se dirigent vers la voiture dans la rue sombre et déserte. Pamela en pleurs se mit à la place du conducteur démarre et fonce sur le groupe qui s’écarte, elle s’éloigne a toute allure. La bande retournent vers Roberto et découvrent qu’il a disparu. Roberto a bout de force rampe vers le bar. Les voyous entrent dans le bar et braquent leur arme sur le patron et un client qui lève les mains. Ils prirent Roberto en otage et demande une rançon de 50 000 euro. Pamela arrive avec la police et tire sur les jeunes canailles qui essait de fuir. Roberto pare en ambulance. Quelque mois plus tard Roberto et Pamela se marièrent et urent beaucoup d’enfant.

Elève 2

Première étape : 4/5

Nuit d’angoisse pour Roberto

Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient. Pris de panique, il marcha à vive allure pour essayer de s’échapper du guet append tendu par ses ravisseurs. Il distinguait à quatres mètres de lui, sur sa droite, un homme d’une vingtaine d’année qui portait une matraque. Il se dirigeait vers son véhicule ou la jeune femme l’attendait. Soudain, un bruit de verre éclata dans la nuit noire. Roberto, au même moment entendit la voix aigu de la jeune femme qui hurlait. Elle se débattait dans la voiture, essayant désespérément de se sortir de là, incapable de démarrer. Roberto courru vers elle pour la sauver des griffes de la racaille qui voulait lui régler son compte. En vain, il reçu un violent coup sur la tête. En même temps, le patron du bar-tabac se posait des questions sur le grabuge qui se déroulait non loin de là. En furie, il sortit son fusil à pompe et cria sur le sueil de son café, sans se préocupper des gens qui dormaient ou se cachaient aux étages supérieurs :

- Bon dieu ! c’est pas fini ce bordel ?
Les lascars surpris par leur nouvel ennemi n’hésitèrent pas à lui envoyer une salve de balle. Malgré tout, l’homme au fusil à pompe réussit à se volatiliser dans l’ombre de la rue. [ On entendit une détonation . Les victimes de ces règlements de compte furent les agresseurs de la jeune femme qui finalement fut plus choquée que blessée et Roberto, lui était allongé sur l’asphalte, sans connaissance. Quand aux lascars du quartier, ils détalèrent comme des lapins dans la ruelle opposée. ] Roberto se réveilla avec l’aide de l’homme au fusil qui l’avait sauvé de ce mauvais quart d’heure. Il le remercia de cet acte rare, dévoué et très courageux de sa part, puis réconforta la jeune femme en la réchauffant et en lui disant des mots doux.

Deuxième étape : 10/10
Troisième étape : 5/5.

ACTION !

Roberto mesura le danger. C’est à lui qu’ils en avaient. Pris de panique, il marcha à vive allure pour essayer de s’échapper du guet-apens tendu par ses ravisseurs. Il distinguait à quatre mètres de lui, sur sa droite, un homme d’une vingtaine d’années qui portait une matraque. Il se dirigea vers son véhicule où la jeune femme l’attendait. Soudain, un bruit de verre éclata dans la nuit noire. Roberto, au même moment, entendit la voix aigüe de la jeune femme qui hurlait. Elle se débattait dans la voiture, essayant désespérément de se sortir de là, incapable de démarrer. Roberto courut vers elle pour la sauver des griffes de la racaille qui voulait lui régler son compte. En vain, il reçut un violent coup sur la tête. En même temps, le patron du bar-tabac se posait des questions sur le grabuge qui se déroulait non loin de là. En furie, il sortit son fusil à pompe et cria sur le seuil de son café, sans se préoccuper des gens qui dormaient ou se cachaient aux étages supérieurs :

- Bon Dieu ! C’est pas fini ce bordel ?
Les lascars surpris par leur nouvel ennemi n’hésitèrent pas à lui envoyer une salve de balles. Malgré tout, l’homme au fusil à pompe réussit à se volatiliser dans l’ombre de la rue. On entendit une détonation, puis deux et les cris des agresseurs de la jeune femme qui était plus choquée que blessée. Les lascars du quartier détalèrent comme des lapins dans la ruelle opposée. Roberto, qui était toujours allongé sur l’asphalte, sans connaissance, se réveilla avec l’aide de l’homme au fusil qui l’avait sauvé de ce mauvais quart d’heure. Il le remercia de cet acte rare, dévoué et très courageux de sa part, puis réconforta la jeune femme en la réchauffant et en lui disant des mots doux.

Tom posa le scénario sur la table du salon. Son agent lui proposait le rôle de Roberto. L’actrice était belle … mais il en avait marre de jouer les victimes dans des films d’action.

Ces productions écrites illustrent bien l’hétérogénéité de nos classes de CAP : l’élève 1 est issu d’une classe de SEGPA, l’élève 2 d’une classe de Troisième Générale. La première situation d’évaluation, à la fois certificative et formative, permet à chacun d’optimiser sa production. Les fiches de suivi ci-après synthétisent le processus d’écriture et d’évaluation. Le choix et la formulation des consignes sont déterminants.

CCF en CAP
Première situation d’évaluation - Première partie Français

Fiche de suivi élève 1

5 points 10 points 5 points
Etape 1
Consigne initiale

Critères d’évaluation

Etape 2
Consignes de réécriture
|
Etape 3
Consignes pour finaliser
|
|- Suite immédiate et fin cohérente +

- Eléments descriptifs -

- Titre pertinent -

- 15 lignes -

- Chute -

|Ponctuation - Tu dois marquer des pauses dans ton récit pour le rendre plus clair, rédiger plusieurs phrases.
Mets un point après les actions de chacun des personnages. +

Emploi des temps - Tu mélanges le présent et le passé simple pour rapporter des faits qui ont lieu au même moment. Conjugue les verbes soulignés au présent de narration, à l’aide de la fiche ci-jointe. +-

Description - Tu racontes mais tu ne décris pas les lieux, les personnages, l’ambiance … . Ajoute au moins 6 éléments descriptifs, comme ceux que nous avons soulignés dans le début du récit. +
|Recopie ton récit à l’aide du traitement de texte : +

Corrige l’orthographe des 8 mots soulignés en utilisant :

- le correcteur orthographique
- le dictionnaire +

Vérifie et corrige 4 accords du verbe avec son sujet -

Donne deux synonymes (mots de même sens) à « délinquants » pour supprimer la répétition. +

|

Fiche de suivi élève 2

5 points 10 points 5 points
Etape 1
Consigne initiale
Critères d’évaluation

Etape 2
Consignes de réécriture
|
Etape 3
Consignes pour finaliser
|
|- Suite immédiate et fin cohérentes +

- Eléments descriptifs +

- Titre pertinent +

- 15 lignes +

- Chute -
|La rédaction du passage entre [ ] est quelque peu confuse. Réécris ce passage en le modifiant. « On entendit une détonation, … » +

La fin de ton récit est classique, attendue. Ajoute une chute qui surprendra le lecteur. +

Trouve un autre titre en relation avec la chute. + |Recopie ton récit sur traitement de texte. +

Corrige l’orthographe des mots soulignés. +
|

D. CHAPELAN

Documents joints